Historique

kupolas-visasL’église St Casimir a été édifiée par la Compagnie de Jésus (les jésuites). Sa construction a débutée en 1604; les travaux furent dirigés par le Père Povilas Bokša, Assistant du Père Provincial, et par le Père Jan Prockowicz, architecte jésuite. Elle fut achevée et consacrée au culte en 1635. Elle fut incendiée 20 ans après quand, en 1655, l’armée russe entra dans Vilnius.
L’église fut rebâtie, mais deux fois encore elle sera détruite par le feu, en 1707 et en 1749. Dès cette année là, et jusqu’en 1755, la reconstruction est dirigée par le fameux architecte et astronome jésuite : le Père Tomas Žebrauskas. C’est à lui que l’on doit le maître-autel et la grande coupole à degrés. La décoration intérieure est l’œuvre du sculpteur prussien Hans Kierner. Quant aux fresques, inspirées par la vie de St Casimir, c’est un artiste tchèque, Joseph Obst, qui les a réalisées.
Lorsque en 1773 la Compagnie de Jésus fut supprimée (elle sera rétablie en 1814) l’église fut donnée aux religieux Augustiniens. En 1812 les armées françaises en font un grenier à blé, détruisant autels, statues et fresques. En 1815 elle est donnée à des prêtres missionnaires qui nettoyèrent l’intérieur et ajoutèrent onze autels.
St_Casimir_uCes prêtres missionnaires, ayant été chassés en 1832, l’église resta fermée jusque en 1839. Les russes, arrivant à Vilnius, la convertissent en un sanctuaire orthodoxe dédié à St Michel. Elle sera alors restaurée entre 1864 et 1868 par l’architecte N. Chiagin qui abaissera les clochers, construira un clocher plus élevé au dessus de la façade principale et couronnera les clochers et la coupole par des dômes à bulbes. La façade fut décorée en style néobaroque et des fresques représentant des saints russes ornèrent les trois niches.
En 1915 l’armée allemande fit de St Casimir un temple Luthérien pour ses offices religieux. En 1917 elle est à nouveau restituée aux catholiques, et le père jésuite allemand Friedrich Muckermann y mènera une vigoureuse action spirituelle et sociale pour soutenir la population ; ce qui lui vaudra d’être déporté par les bolchéviques dans une prison de Minsk.
C’est en 1919 que le bienheureux Georges Matulaitis, évêque de Vilnius, rend l’église aux jésuites. Elle est alors restaurée en 1925 par l’architecte Jan Borowski.
A partir de 1940 les jésuites lituaniens exercèrent leur apostolat à St Casimir et confièrent à l’architecte Jonas Mulokas la restauration de la couronne de la coupole qui est le symbole de l’indépendance de la Lituanie.
En 1949 l’église est une fois de plus fermée, par les soviets, qui y stockèrent du blé. A cette époque tout ce qu’il y avait dans l’église fut détruit, y compris l’orgue et les cloches. En 1963 l’église devint un musée de l’athéisme.
En 1988 l’église St Casimir est restituée à l’Eglise catholique. Après un important travail de restauration elle est consacrée à nouveau en 1991 et rendue une fois de plus aux jésuites.

kavaliausko090L’architecture et la décoration intérieure

L’église St Casimir, encore qu’elle contienne des éléments gothiques et renaissance, est l’une des plus belles églises baroques de Vilnius. Son style rappelle celui de l’église du «Gesù» à Rome. Elle s’en distingue toutefois par une façade comportant deux tours. La plupart des églises baroques de Lituanie, imitant l’architecture de l’église St Casimir, ont également deux tours.
Le plan général de l’église est celui d’une croix latine. A la croisée de la nef et du transept, s’élève la majestueuse coupole de 40 mètres de hauteur sur 17 mètres de diamètre. Elle est surmontée à l’extérieur par la couronne des grands-ducs de Lituanie. La nef et le transept ont 25 mètres de largeur. Sur les bas-côtés s’ouvrent six chapelles indépendantes.
L’église contient 3 autels de style baroque tardif. En 1993 Antanas Kmieliauskas orne l’église de peintures représentant : la Résurrection de Jésus et St Casimir (maître autel); St Ignace de Loyola (autel de droite) et St André Bobola (autel de gauche).

kryziusLa crypte

En 1991 on découvrit sous le maître autel une vaste crypte datant du début du XVIIe siècle. Quinze jésuites et bienfaiteurs y étaient enterrés. En 1995 on y déposa les restes d’autres personnes qui avaient été à l’origine ensevelies sous le porche d’entrée de l’église.
Les murs de la crypte sont couverts de peintures, en noir et bleu foncé, représentant la crucifixion, la résurrection de Jésus, la Vierge Marie, des moines en prière. On y lit aussi divers textes bibliques écrits en latin.

Les cloches

Les deux clochers sont dotés d’un mécanisme spécialement réalisé, par Vladimir Tarasov, pour les cloches de l’église St Casimir. Les cloches sonnent à l’aide de disques équipés d’une voile qui est mue par la moindre brise. La musique change au gré du vent.

Les personnages célèbres

Parmi les Jésuites qui ont vécu ou travaillé dans les grands bâtiments qui entourent l’église St Casimir on compte plusieurs personnages célèbres.
St André Bobola fut ordonné prêtre dans cette église en 1622 . Pendant quelques années il y prêcha et assura les confessions. Ensuite il exerça son ministère en Biélorussie où il fut assassiné par les cosaques en 1657. Il fut canonisé en 1938. Une plaque commémorative placée sous le porche d’entrée évoque sa mémoire.
Le P. Konstantinas Sirvydas fameux linguiste et écrivain du début du XVIIe siècle prêcha à St Casimir en langue lituanienne pendant une dizaine d’années.
Le P. Albertas Vijūkas Kojalavičius, est l’auteur de la première histoire de Lituanie. Il fut Supérieur de la communauté jésuite de St Casimir de 1662 à 1665.
Le P. Žygimantas Liauksminas, orateur et compositeur, philosophe de renom, passa ici les dernières années de sa vie de 1665 à 1670.
Le P. Tomas Žebrauskas, dirigea la reconstruction de l’église St Casimir, de 1749 à 1755, il y vécut et travailla. On lui doit le plan de l’observatoire de l’université de Vilnius dont il dirigea le département des mathématiques.

kasiulisSt Casimir, patron de la Lituanie et de l’église

St Casimir, fils de Casimir IV roi de Pologne et Grand-Duc de Lituanie, est né en 1458 à Cracovie. Dès l’enfance il ressentit un attrait pour une vie de sainteté et de charité. A l’âge de 13 ans il refusa de monter sur le trône de Hongrie, comme son père le voulait, estimant que c’était une injustice. Il refusa aussi de se marier malgré les pressions dont il était l’objet et se consacra aux études et à la prière. De 1479 à 1483 il assuma cependant la charge de vice-roi. Il mourut le 4 mars 1484, au château de Grodno, alors qu’il était en visite en Lituanie. Sa tombe se trouve à la cathédrale de Vilnius. Le pape Clément VIII canonisa St Casimir. Il est le patron de la Lituanie.

Les Jésuites

La Compagnie de Jésus a été fondée par Saint Ignace de Loyola en 1540 pour annoncer l’évangile, donner les Exercices spirituels, pour se consacrer à la direction spirituelle ainsi qu’à l’éducation de la jeunesse. Les jésuites sont également présents dans l’apostolat social.
Pour la spiritualité jésuite, tout homme, bien que pécheur, est appelé par Dieu à devenir disciple de Jésus et à s’engager, comme tel, dans le monde et son histoire. Un jésuite est donc un religieux qui se met au service de Dieu, non pas dans une vie retirée mais par une présence évangélisatrice au milieu des hommes.
La Compagnie de Jésus fut établie en Lituanie en 1568; elle fonda l’université de Vilnius en 1579 et ouvrit, quelques années plus tard, plusieurs collèges secondaires pour l’éducation de la jeunesse.
Les jésuites sont actuellement présents en Lituanie, à Vilnius, Kaunas et Šiauliai.

4vargonaiConcerts

Chaque dimanche, après la messe de midi, les meilleurs musiciens de Lituanie donnent un concert à St Casimir. En 2003 un nouvel orgue du manufacturier allemand «Oberlinger» a remplacé l’ancien «Allen» qui venait des Etats Unis.